Accueil > Actualités > Nos articles > “Mise au Point” de la RTBF consacré au Forem.

“Mise au Point” de la RTBF consacré au Forem.

mardi 22 janvier 2013, par riposte-cte

Vous avez manqué le débat de la RTBF sur le Forem…
Dimanche 20 janvier. Le débat “Mise au Point” de la RTBF était donc consacré au Forem.

Ne traîner pas à le visualiser, dans quatre ou cinq jours il ne sera plus accessible “gratuitement” :

http://www.rtbf.be/laune/revoir/detail_mise-au-point?uid=157672099668&idshedule=37803bb3303d8d2889346c9fd0631f49&catchupId=13-TIMDF100-003-PR-1&serieId=13-TIMDF100-000-PR

Attention ! Le débat proprement dit ne démarre qu’à la 33e minute.

Tout d’abord, 20’ (peu intéressantes dans l’ensemble) sur l’affaire de la sous-traitance du helpdesk du Forem (contrôle par téléphonie du parc informatique) par une société employant du personnel au Maroc, première partie où n’interviennent guère au début que le Ministre Antoine, l’administratrice-générale du Forem et l’attaquant de service, Willy Borsu, du MR.

Puis une seconde partie plus intéressante sur les missions du Forem, la qualité du service “supposé” (accompagnement/formation), les contingences qui l’handicapent, etc… On y entend les trois mêmes intervenants, puis une ex-chômeuse recyclée en “recruteuse” pour le privé (si !si !) venue faire la “claque” pour le Forem, mais aussi Thierry Bodson de la Fgtb, Thierry Müller de Riposte.Cte, J-C Daoust, PDG d’une grosse boîte d’intérims qui porte son nom, ex-patron des patrons belges, et puis enfin un certain De Wasseige, le vice- patron des patrons wallons, qui lui nous gratifie presqu’en fin de débat, d’une merveilleuse expression, le clou de la discussion : quand il souhaite embaucher, ce Monsieur “fait son shoping” sur le marché du travail !

Ce n’est plus simplement outrageant pour les travailleurs. Pour ce pitre, que l’on qualifie poliment d’homme d’affaires, nous ne sommes mêmes plus des esclaves, nous ne valons guère plus qu’une carotte ou un navet, nous sommes des marchandises actives ou à activer, des petites machines que l’argent public doit lui produire en bon état de marche au bon moment, et qu’il s’offre sur un marché insuffisamment renouvelé à son goût et de qualité insuffisante, etc.

Les patrons sont devenus les clients-rois des services publics dont la production de marchandises-humaines (?!), “la formation” quoi, devrait améliorer sensiblement, selon eux, ses performances. Thierry Bodson invite d’ailleurs les patrons à aider le forem à y arriver ! Et les patrons se déclarent d’autant plus prêts à le faire qu’on accroîtrait la “formation en entreprise” (où tu vas bosser gratos quoi !), organisée par eux mais financée par… les deniers publics ! Ben voyons…